L'Effet au risque du genre

Publié le 24 janvier 2020 Mis à jour le 28 février 2020
du 4 mars 2020 au 6 mars 2020


ENSAV
Théâtre de la Cité
Cinémathèque

© Lilie Pinot (détail)
© Lilie Pinot (détail)

Colloque international pluridisciplinaire sous la direction d'Isabelle Labrouillère et Frédéric Tabet

Dans le cadre de l’axe de recherche Illusiographies et de l’axe Esthétique du Laboratoire LARA-SEPPIA, cette seconde manifestation pensée dans le prolongement des réflexions initiées lors du colloque L’Illusion en jeu, techniques outils histoire se propose d’explorer les rapports entre les effets audiovisuels déployés au sein d’une œuvre, et son appartenance à un genre esthétique défini.

Les études portant sur les genres — fantastique, merveilleux ou l’étrange — se sont développées au XXe siècle. La taxonomie établie par Todorov (« fantastique-étrange » ou « fantastique-merveilleux ») conditionne l’appartenance au genre à l’effet produit sur le lecteur (les phénomènes de monstration faisant basculer l’œuvre hors du fantastique par définition indéterminé). Depuis la conceptualisation de l’hésitation todorovienne, si les esthétiques de la monstration ont gagné en respectabilité un sentiment d’insatisfaction demeure quant aux techniques et pensées manuelles mises en œuvre pour rendre prégnants ces effets. C’est ainsi que les rapports que la peinture, la musique, la photographie et le cinéma entretiennent avec « les effets fantastiques » ont plus rarement été abordés.

Qu’en est-il donc lorsqu’il s’agit de représenter ces effets fantastiques sur scène ou à l’écran ?


Programme du colloque


> Appel à communication du colloque


illusionenjeu@hotmail.com
www.facebook.com/Illusionenjeu/