Laboratoire de Recherche en Audiovisuel (LARA)



Responsable depuis 2019 : Bérénice Bonhomme

 

L’équipe LARA articule ses travaux autour de la notion de création-recherche à partir de thématiques associées au champ disciplinaire du cinéma, de l’audiovisuel et des arts numériques.

Le nombre des membres permanents de l’équipe est de 12 enseignants chercheurs (2 PR, 10 MCF dont 2 HDR). L’équipe recense également un PR émérite, un ATER, un Past docteur, 16 doctorants et 11 docteurs.

 

La production scientifique des membres de l’équipe se caractérise par la juxtaposition de formes académiques telles que les articles et ouvrages scientifiques, et de formes créatives à travers la réalisation de films et expérimentations technologiques.

 

Autour de travaux qui s’élaborent par la pratique et par la réflexion sur les processus de création, quatre axes structurent les recherches : Opérateurs ; formes autonomes et création collective ; Écritures et herméneutique ; Enseignement et partage des savoirs ; Arts numériques.

 

Axe : Opérateurs, formes autonomes et création collective

Référente : Bérénice Bonhomme

 

L’axe « Opérateurs, formes autonomes et création collective », a été durant ce quinquennal un lieu fédérateur des recherches de la plupart des collègues du laboratoire, au carrefour des thématiques, outils et méthodes.

Trois projets ont été engagés pendant ce contrat. 

La Création collective au cinéma : l’équipe de film

S’appuyant sur un travail de collecte d’informations et de témoignages sur les pratiques de production existantes dans le monde, ce programme de recherche vise à analyser les formes de coopération observables dans le champ de la création cinématographique et audiovisuelle. Que ce soit sur le plateau, ou bien en amont, pour coécrire, ou en aval, pour « co-monter » et « co-mixer », la parole fonctionne comme une façon d’anticiper le film, de tenter de découvrir sa langue en essayant de la parler par anticipation.

 

Voix et parole

Ce projet se concentre sur l’analyse acoustique des contenus non linguistiques de la voix et l’identification auditive des émotions vocales. Nous sommes intéressés aux manifestations vocales de troubles psycho-physiologiques de l’individu et le second traite de leur reconnaissance par le système auditif. Parallèlement, la reconnaissance auditive du contenu non linguistique de la voix parlée a été étudiée pour les malentendants naturels que sont les presbyacousiques.

 

Les récits de la mémoire

C’est de la rencontre entre des historiens, des sociologues, des cinéastes et chercheurs en esthétique du cinéma qu’est né ce projet il y a près de 30 ans. Il a, depuis, favorisé de nombreuses articulations entre Histoire et représentations audiovisuelles, par le biais de la construction des récits et de l’étude de leur réception.

 
 

Axe : Écritures et herméneutique

Référent : Isabelle Labrouillière

 

L’axe « Écritures et herméneutiques” est apparu dans le dernier exercice comme un lieu déterminant pour accueillir les versants écrits des travaux des plusieurs membres de l’équipe : problématisation des œuvres crées, recherches analytiques et conceptuelles autour de corpus de références (Cinéma fantastique, Victor Erice, début du cinéma, la question de l’illusion). Il fédère donc un certain nombre de chercheurs qui s’inscrivent simultanément dans d’autres ateliers, mais conserve une dimension singulière dans la mesure où il s’intéresse au passage par l’écriture, non pas seulement comme une manière de rendre-compte ou de communiquer, mais bien de problématiser et conceptualiser.

Quelques orientations y trouvent des développements constants et récurrents, notamment autour des questions d’imaginaire : Les génériques de film (Déchiffrer et approfondir l’histoire, l’esthétique et la création des génériques, à travers sons, voix, montage, extraits visuels), L’Impensé volontaire (un versant en écriture, un autre en création-recherche visant à définir et à consolider le concept d’impensé volontaire dans les créations de l’imaginaire à l’œuvre dans la réalisation des films, Cartographie de la figuration du sujet dans le cinéma, série télévisuelle

 
 

Axe : Enseignement et partage des savoirs

Référent : Frédéric Tabet

 

Chacun des membres de l’équipe, enseignants et créateurs chercheurs, mène de manière continue une réflexion autour de la pédagogie dans le domaine de la réception et de la fabrication des films, pour des publics allant d’élèves du secondaire à des étudiants en voie de professionnalisation.

Ces réflexions se sont déclinées en deux approches complémentaires. Dans les trois directions engagées (La pensée manuelle/Le film pédagogique/Création — recherche et technologies numériques : enjeux et méthodes), des propositions ascendantes visent à éprouver des recommandations initiales et des démarches explicitement ou pragmatiquement établies pour les confronter aux écueils rencontrés, ou les adapter aux besoins progressivement identifiés.

L’ensemble de ces ateliers et créations pédagogiques alimente la démarche complexe menée par les équipes enseignantes sur les incidences du numérique sur l’analyse filmique, ses influences sur la pensée manuelle. Il s’agit autant de rendre sensible l’articulation de la réflexion et des œuvres que de se rapprocher de la genèse des gestes pour comprendre les outils afin de réévaluer la pratique comme une expérimentation continue, susceptible d’ouvrir aux métiers créatifs, de développer un esprit analytique, didactique pour mieux diffuser le savoir et permettre la médiation culturelle.

La réflexion se poursuit dans des productions et conférences visant à partager nos approches vers le grand public.

 
 

Axe : Arts Numériques

Référente : Hélène Laurichesse


Les recherches de cet axe se structurent autour des effets et des enjeux de la numérisation dans le champ artistique et culturel, sur la fabrication des images et des sons, leur esthétique, et leurs conditions de développement et de production dans une mise en perspective du processus de création dans son rapport d’autonomie/hétéronomie au marché.

Les travaux envisagent la narration transmédiatique facilitée par les nouvelles technologies comme mode d’expression des créateurs et des publics (User Generated Content) mais également comme stratégie des structures de production. Pour ce faire, plusieurs champs de recherche sont mobilisés, allant du transmedia storytelling (Jenkins, Dena, Long, Scolari) à la marque (Sicard, Semprini), à l’immersion dans la réalité virtuelle (VR) à travers l’étude des ARG (Alternate Reality Games) (Ryan, Rose, Peyron), en passant par la sérialité (Cornillon, Soulez, Esquenazi), et les franchises, sequels et blockbusters (Elberse, Johnson, Jess- Cooke).

Un autre versant des recherches dans le domaine des arts numériques s’attache à étudier et expérimenter les innovations technologiques notamment la réalité augmentée (Réalité Virtuelle) et l’image à 360°.