Savoirs, Praxis et Poïétiques en Art (SEPPIA)

Responsable jusqu’en 2019 : Céline Caumon
Responsable depuis 2019 : Sophie Lécole



L’équipe SEPPIA articule les pratiques artistiques de créations et de projets avec l’activité théorique.
Elle met en avant la nécessité de mener conjointement recherche et création explorant, dans le champ des arts plastiques, des arts appliqués et du design, le concept de recherche-création identitaire du LARA-SEPPIA.

Le nombre de membres de l’équipe est de 10 enseignants-chercheurs (3 professeurs et 7 Maître de Conférences, dont 2 HDR) forment les permanents. En complément des permanents, sont recensés dans l’équipe 2 ATER, 2 PAST, 5 CDU, 4 CIFRE (dont 1 en cours de dépôt), 1 co-tutelle (Tunisie), 15 docteurs, 6 chercheurs associés ainsi que 24 doctorants en cours d’inscription.

Les travaux scientifiques possèdent plusieurs orientations : une ligne recherche académique et production de connaissances, une ligne innovation et expertise en situation (méthodes, modèles, prototypes, etc), une ligne recherche action ou recherche projet, une ligne recherche expérimentale et appliquée.
Les activités scientifiques investissent différents terrains de pratiques : de la conception à la post-production, des milieux artistiques et culturels aux champs de l’industrie, des pratiques ancestrales (savoir-faire, artisanat, slow design) aux nouvelles technologies (numérique, techniques, arts & sciences), de l’atelier (expérimentation) à l’expérience usager (prototypage réel) en passant par l’atelier-laboratoire (modélisation et systèmes).

Les productions des membres de l’équipe prennent différentes formes : de la publication d’articles dans le champ disciplinaire de l’art et au-delà (STS) aux ouvrages personnels ou en direction ; de l’exposition de pratiques artistiques problématisées aux modes collaboratifs en R-D / R-I, de la valorisation des savoirs à la vulgarisation de la recherche en arts.

 

Quatre axes de recherche structurent SEPPIA :
(1) Poïétiques Chromatiques et Designs ;
(2) Poïétique et esthétique du paysage ;
(3) Poïétiques du Cinéma d’animation ;
(4) Poïétiques, cognition et technologies de l’émergence.

 

Axe : Poïétiques chromatiques et designs

Référente : Céline Caumon


L’axe de recherche ”Poïétiques chromatiques et designs” donne lieu à différentes recherches propres aux terrains de coloration présents dans les champs des arts plastiques, des arts appliqués et du design. Les recherches menées lient approches fondamentales (théories des couleurs), contractuelles (réalités socioéconomiques) et fictionnelles (poétisation, mise en perspective) aux démarches critiques de modélisations engageant, dans une veine poïétique, la redéfinition de cette dernière autour de problématiques liées aux étapes, dispositifs, processus et modes de conception, de création et de réception ainsi qu’aux modes d’action, d’anticipation, d’usages et de discours portés sur et par le chromatique. Il témoigne des synergies entre les pratiques de la création artistique et l’activité théorique en arts ; entre les pratiques de création et de conception et l’activité pluridisciplinaire propres à la couleur et au design ; entre les pratiques ancestrales d’atelier (savoir-faire) et les approches innovantes de laboratoires, plateformes ou bureaux d’étude (recherche et développement, recherche et innovation).


 

Axe : Poïétique et esthétique du paysage

Référente : Sophie Lécole Solnychkine


L’axe de recherche Poïétique et esthétique du paysage opère des synergies entre les pratiques de la création artistique et l’activité théorétique. Les chercheurs de cet axe développent leurs recherches selon deux orientations : une approche poïétique et une approche esthétique. L’axe se caractérise par son intérêt pour les pratiques du lieu (selon différentes approches : exploration, arpentage, relevé, notation, collecte de matériaux, intervention in situ). Le lieu peut dans certains cas devenir le réceptacle de l’action de recherche à proprement parler (conception de chartes chromatiques, plans lumière, aménagement urbain, palettes de fleurissement, propositions de parcours urbains, pratiques d’accompagnement liées à des projets pédagogiques autour du paysage et de l’écologie). Une seconde ligne, esthétique, décline l’étude des formes, des figures et des matériologies du paysage, dans des œuvres plastiques, picturales et cinématographiques. Les chercheurs investis dans cette perspective œuvrent tout particulièrement dans le champ de l’épistémologie de l’esthétique, croisant au seuil de l’œuvre sciences du vivant et réflexion esthétique, autour de champs émergents comme les « critical plant studies », l’éco-poétique ou encore la bio-esthétique.


 

Axe : Poïétique du cinéma d’animation

Référent : Patrick Barrès


Cet axe de recherche explore les processus de création et les méthodologies de recherche-création en jeu dans les différents champs de pratiques du cinéma d’animation (dessin animé, cinéma graphique, animation directe sous caméra, image de synthèse, stop motion, vidéomapping), en lien avec la diversité des milieux et l’élargissement des terrains de diffusion (cinéma, télévision, jeu vidéo, support numérique nomade, borne interactive, spectacle événementiel, scénographie urbaine). Les questions abordées sur la période du contrat (du dessin en train de se faire au dessin d’animation, des développements couleurs aux instabilités du coloris, des formes en mouvement aux formes de mouvement, du chaos en œuvre à une esthétique de la saccade, de la plasmaticité des figures à une esthétique de la fluidité, de l’expérience matériologique à une esthétique de la météorologie) s’inscrivent dans un cadre de références et d’expériences problématisé, organisé en termes dialectiques, entre les normes instaurées et les modèles émergents, entre les méthodes existantes et les voies créatives plus aventureuses, entre les savoir-faire différenciés issus de différents champs disciplinaires et une hybridation fertile, entre les innovations technologiques et les ressources plus archaïques. Ces développements ont permis de conjuguer le volet artistique de l’expérience, au croisement de l’acte de production, et le régime esthétique de l’expérience, noué autour des relations entre esthésie et esthétique.


 

Axe : Poïétiques plastiques et technologies de l’émergence

Référent : Xavier Lambert


Les technologies de l’émergence désignent les technologies qui, en relation avec les NBIC (Nanotechnologies, Biotechnologies, Technologies de l’information, Sciences de la cognition), s’inscrivent dans une logique de développement autopoïétique. L’objectif de l’axe est de déterminer en quoi ces technologies peuvent induire un rapport singulier aux processus de création, à la poïèse de l’œuvre autant dans ce qu’elles supposent du rapport au corps, le corps actant de l’artiste, le corps social et sociétal de l’œuvre (et ses enjeux), le corps biologique dans son dépassement annoncé. Les recherches des membres de l’axe reposent sur une expérience critique des technologies du numérique (dispositifs génératifs, systèmes procéduraux…), des biotechnologies (faire œuvre avec le vivant), des nanotechnologies, en articulation avec le champ des sciences de la cognition. Il s’agit à la fois d’analyser, autant par la recherche théorique que par la pratique de l’œuvre et dans leur articulation, en quoi les NBIC peuvent, à travers les transformations sociétales qu’elles induisent profondément, définir de nouveaux schémas pour la pensée artistique, et, en retour, en quoi la pensée artistique peut, du fait de sa propre singularité, mettre l’accent sur les « futurs contestables » que nous promettent ces technologies.